DIEGO (G.)


DIEGO (G.)
DIEGO (G.)

DIEGO GERARDO (1896-1987)

Poète espagnol, professeur de littérature et excellent musicien. Gerardo Diego compose, en 1932, sa célèbre Anthologie de la poésie espagnole contemporaine , où s’exprime admirablement, à travers les déclarations des poètes eux-mêmes, l’esthétique de la génération de 1927. Son œuvre poétique, ample et variée, allie harmonieusement tradition et modernité; elle se caractérise par la maîtrise de la forme, par la spontanéité et par la fraîcheur; le sentiment religieux y est particulièrement bien rendu.

Diego définit ainsi sa double intention: il recherche, d’une part, «une poésie relative, c’est-à-dire fondée sur la réalité» et, d’autre part, «une poésie absolue ou tendant à l’absolu, c’est-à-dire fondée sur elle-même, autonome face à l’univers réel dont elle ne procède qu’au second degré».

Ses premiers recueils révèlent l’influence de J. R. Jiménez et d’Antonio Machado: El Romancero de la novia (1920), Imagen (1922), Soria (1923). On y trouve des tentatives de poésie visuelle, typographique, à la façon d’Apollinaire. Manual de espumas (1924), avec sa profusion d’images, illustre avec éclat l’art poétique de l’ultraïsme et du créationnisme; l’auteur avait contribué activement à ces deux mouvements qui célèbrent «l’anarchie des images». Versos humanos (1925) reprend des formes métriques plus classiques. Au contraire, Fábula de Equis y Zeta (1932), sous le signe de l’irréalisme et de l’irrationnel, joue avec audace et humour des métaphores les plus déchaînées; ce livre est dédié à Góngora, en l’honneur de qui le poète avait déjà publié, en 1927, une anthologie. Alondra de verdad (1941) donne un témoignage éclatant de la virtuosité technique atteinte par l’écrivain, de la qualité de sa sensibilité et de son sens aigu de la beauté. L’inspiration ne tarit pas dans les années suivantes: La Sorpresa (1944), La Luna en el desierto y otros poemas (1949), Limbo (1951), Biografía incompleta (1953), Amazona (1955), Sonetos a Violante (1961), Antología poética (1969), Versos divinos (1970). Outre un essai sur Manuel Machado (1975), d’autres recueils s’ajoutent aux précédents: Cementerio civil (1972), Carmen jubilar (1975), Poemas mayores (1980), Poemas minores (1980).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Diego — ist ein in Spanien, Lateinamerika und Italien sehr populärer männlicher Vorname. Er tritt auch als Familienname auf. Inhaltsverzeichnis 1 Namensherkunft 2 Bekannte Namensträger 2.1 Vorname 2.2 …   Deutsch Wikipedia

  • Diego — Saltar a navegación, búsqueda Diego …   Wikipedia Español

  • Diego y yo — Saltar a navegación, búsqueda Diego y yo es una obra de la pintora mexicana Frida Kahlo realizada en 1949. Actualmente se expone en la Colección Mary Ann Martin/Fine Arts, en Nueva York. Historia Ella era su chiquita y él su príncipe sapo . Sin… …   Wikipedia Español

  • diego — m. dondiego. donde digo «digo», no digo «digo», sino digo «Diego». expr. coloq. U. para aplicar a quien incurre en confusión o contradicción y a quien se ve obligado a rectificarse. ☛ V. don diego …   Diccionario de la lengua española

  • Diego — Diego, 1) s. San Diego (Californien); 2) Vorgebirg an der Südostküste der Insel Feuerland (Südamerika) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Diego — ist die abgekürzte spanische Benennung für Santiago oder Yago, d.i. Jakob Andere halten Diego auch für gleichbedeutend mit Didacus oder mit Dietrich etc …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Diēgo — Diēgo, spanischer Name für Dietrich, Theoderich …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Diego — Diego, span. Name für Dietrich, Theodorich. – D. Ramirez, D. Rayez, s. Malediven. – D. Rodriguez, Insel im indischen Ocean, reich an Schildkröten, Krabben, Ratten …   Herders Conversations-Lexikon

  • Diego — m Spanish: of uncertain origin. Although it is often claimed to be an aphetic form of SANTIAGO (SEE Santiago), it is clear that its regular Latin form in the Middle Ages was Didacus. This may possibly be a derivative of Greek didakhē teaching,… …   First names dictionary

  • Diego — (1518 1542) fils du préc., tua Pizarro dont le successeur le fit décapiter …   Encyclopédie Universelle